Culture

Enquête dans les écrits d’autrefois

Aux Archives Départementales d’Indre-et-Loire, les ateliers de paléographie réunissent des passionnés pour déchiffrer des documents venus du passé.

Pour cette séance de mai, les participants avaient à déchiffrer le « procès-verbal de l’incendie des bois de Botz », un document de 1684. Pour celui ou celle qui, comme nous, arrive pour la première fois dans un atelier de paléographie, le texte présenté ressemble à des pattes de mouche, ou au mot d’un médecin rédigé à la hâte (et donc indéchiffrable !).

Mais pour le petit groupe présent, rien de tel : l’un après l’autre, les paléographes amateurs lisent leur transcription, sans grande difficulté. “Il ne faut pas croire, cela nous a tout de même demandé du temps à la maison !” nous rassure Josiane, assidue aux ateliers depuis longtemps. Pour elle, comme pour sa voisine Annie, c’est la passion de la généalogie qui les a amenées à s’inscrire à ces ateliers gratuits : “dès qu’on arrive dans les documents d’archives du XVIIe siècle, il devient difficile de déchiffrer les textes. On se demande même parfois si on tient le document à l’endroit” confesse Josiane, dans un sourire. “Les prêtres de l’époque utilisaient des abréviations, les lettres n’étaient pas formées de la même manière, et l’écriture peut varier d’un rédacteur à l’autre” ajoute Annie.

Pour ces deux généalogistes éclairées, les ateliers viennent donc compléter leurs recherches en archives, par ordinateurs interposés : aux Archives départementales de Touraine comme ailleurs, la plupart des documents ont en effet été numérisés. Les originaux sont ainsi soigneusement conservés, et les généalogistes et historiens peuvent travailler à distance.

Mais la généalogie n’est pas l’unique motivation de la poignée de participants : certains viennent par plaisir de toucher du doigt l’Histoire, d’autres par amour de l’écriture et de la calligraphie, et certains pour une gymnastique de l’esprit qui entretient le dynamisme des neurones, au même titre que d’autres feraient des mots croisés.

Des ateliers ouverts à tous

Des étudiants d’une vingtaine d’années ou des retraités : il n’y aurait donc pas d’âge pour s’initier à la paléographie ? “Les ateliers sont ouverts à tous ! Nous proposons à chaque fois un document à déchiffrer chez soi (mais sans aucune obligation, chacun fait comme il le souhaite). Nous le lisons ensemble lors de l’atelier suivant, avant de découvrir un nouveau document” explique Lydiane Gueit-Montchal, directrice des Archives Départementales d’Indre-et-Loire, et animatrice des ateliers consacrés cette année à la nature.

Afin de varier les plaisirs, l’équipe des Archives Départementales propose en effet trois thématiques chaque année. En 2021-22, les groupes de 3 à 12 participants ont ainsi parcouru des documents liés aux croyances et religions en Touraine, au voyage, et aux liens entre nature et habitants. Chaque programme de cinq séances inclut des documents variés, afin d’offrir aux paléographes amateurs une belle palette de découvertes. “Chaque document est l’occasion d’expliquer des mots de vocabulaire et des réalités historiques” précise Lydiane Gueit-Montchal.

Ni cours d’Histoire, ni cours de déchiffrage, mais un peu des deux à la fois, les ateliers paléographie se déroulent dans une ambiance studieuse et conviviale, où chacun amène sa pierre à l’édifice pour lire et comprendre un document d’autrefois.

Intéressés ? Les ateliers de la saison prochaine débuteront en septembre. Mais c’est dès maintenant que vous pouvez vous renseigner sur le site web des archives..

Retour